Au fur et à mesure de son évolution, ce site offrira des fiches techniques, pratiques sur le quoi et le comment de l'éclairage de commerce. Pour l'heure, nous vous invitons à considérer ce poste sous l'angle marketing avec l'impact indéniable de l'éclairage sur le chiffre d'affaires; Sous l'angle développement durable de part les économies d'énergie et la baisse des coûts de maintenance réalisables avec ce seul outil; Enfin, un projecteur sur les aspects réglementaires encore peu connus qui vont se durcir.

L’éclairage: Outil phare du marketing point de vente

commerce

Le consommateur est de plus en plus complexe. Son comportement a évolué vers un acte d’achat spontané et émotif. L’éclairage est un des outils directs qui l’influence.
Outre le message «ouvert» que l’éclairage de  façade et vitrines représente, à l’intérieur, il donne l’ambiance, enveloppe le client dans l’univers du commerçant. Un mauvais éclairage dans sa qualité, nuit au bien-être du client et à la valorisation des produits. Pour réussir son éclairage en termes d’efficacité commerciale, il faut donc le réfléchir et l’adapter à l’activité comme à la sensibilité du commerçant.

L’éclairage des vitrines augmente le temps d’arrêt du chaland, attire son attention et l’encourage à pousser la porte. A l’intérieur, plus longtemps il restera, parcequ’il se sent bien et qu’il a envie de regarder l’offre qui lui est proposée, plus on augmente les chances qu’il consomme.
Le premier sens qui impacte le comportement d’achat est la vue. L’outil qui joue sur la vue, est la lumière. Mais sa bonne utilisation dépendra de sa qualité et de son adaptation à l’activité, au concept et à l’espace.

L’éclairage source de baisse des coûts d’exploitation et de diminution des gaz à effet de serre:

europe

Les différentes études ont révélé que l’état actuel de l’éclairage du secteur tertiaire dont le commerce, était désuet et particulièrement énergivore. De manière générale, la part de la consommation énergétique liée à l’éclairage dans un commerce varie selon son activité de 35% (avec métiers de bouche) à plus de 50% (hors métiers de bouche).
Il est possible de souvent diminuer par 2 et plus cette consommation. Et à titre d’exemple, l’étude réalisée sur le 7ème arrondissement de Lyon, a révélé qu’il était possible sur 1200 commerces de diminuer la consommation énergétique équivalent à la consommation annuelle totale de 1500 foyers soit 5000 habitants.
L’éclairage est donc un véritable levier pour baisser ses coûts d’exploitation et baisser de manière substantielle la production de gaz à effet de serre.
Un éclairage efficace au niveau commercial doit être efficace au niveau énergétique.

Réglementations:

reglementation de l'éclairage

Outre la disparition progressive des lampes à incandescence en vigueur depuis le 1er septembre 2009, l’éclairage voit un ensemble de mesures se durcir tant sur la quantité de lumière avec un minimum de 500 lux depuis la RT/2005, qu’au niveau de sa performance énergétique.
Alors qu’en juin, on considérait encore que plus de 75% du parc professionnel utilisait du filament, les études ont montré qu’une grande majorité des espaces étaient en dessous des 500 lux réglementaires et aujourd’hui, en moyenne, la puissance consommée liée à l’éclairage est de 65w/m² et elle devra être inférieure à 20-25w/m² d’ici peu.

Les enjeux liés à l’éclairage et l’éclairage de commerce sont donc stratégiques et transversaux. Il s’agit de travailler avec méthodologie pour permettre au plus grand nombre d’intégrer l’importance de son éclairage et de répondre à cette demande.